Les Chevaliers Teutoniques à Sierck

Clef de voûte abbaye cistérienne de Sierck (Marienthal)
Francis André-Cartigny
Les Chevaliers Teutoniques à Sierck

On sait peu de choses à propos de cet ordre installé à Sierck en 1236 et qui y construisit un hôpital, grâce au Duc de Lorraine Matthieu II.
 
Cet ordre religieux et militaire date des croisades. A l’origine ce fût un simple hôpital de campagne fondé par de pieux marchands de Brême et de Lübeck sous les murs de Saint Jean d’Acre pour soigner les croisés allemands en 1190, au cours de la reconquête du Royaume de Jérusalem, lors de la IIIième croisade.
 
Peu à peu cette initiative donna lieu à la création d’un véritable ordre militaire et religieux : l’ordre des Chevaliers Teutoniques, qui constituaient La Milicia Christi, dont Saint Bernard avait tracé les contours par la règle qu’il rédigea lui-même pour l’Ordre des Chevaliers du Temple en premier. Ces deux ordres templiers étaient placés sous le grand patronage de la Vierge Marie, mais aussi de Saint Jean Baptiste.
 
Bien souvent les Chevaliers Teutoniques donnaient le nom de Marie à leurs stations : Marienburg, Marienthal etc… Aussi leur arrivée à Sierck coïncide avec celles des Cisterciennes de Bruch sur un lieu qui se nommait alors Sainte Val Marie, c’est à dire à l’époque Marienthal.
 
Les Chevaliers Teutoniques arrivé à Sierck édifieront une chapelle, à la même époque, en 1236, pour l’Hôpital des Allemands de l’Ordre Teutonique, dédiée à Saint Catherine.
 
Jules Florange dans « Les cahiers luxembourgeois » de 1932 n° 4, page 416, précise :

L’Eglise paroissiale est remarquable par la hardiesse de sa voûte, qui n’est soutenir par aucun pilier. Clocher de 1492 avec portail ogival et deux gargouilles. Fin du 14ième ou début du 15ième, on éleva le chœur de l’église à côté de la sacristie qui était l’ancienne chapelle taillée dans le roc, ayant une forme rectangulaire avec voûtes d’arête à nervures à dos de poisson et construite à la même époque que la chapelle de Marienfloss par les Chevaliers de l’Ordre Teutonique. Ce détail nous est révélé, en effet, par l’acte de donation faite en Février 1236 par Matthieu II, duc de Lorraine, en aumône à l’Hôpital des Allemands de l’Ordre Teutonique d’une place à bâtir pour une maison et une chapelle dans la ville de Sierck, en lui concédant le droit de pâturage dans toutes les prairies de Sierck et de Rustroff .
 
Luc Fray, précise dans Villes et bourgs de Lorraine: réseaux urbains et centralité au Moyen Âge :

Dès 1236, une charte du Duc Mathieu II en faveur des Chevaliers teutonique » met en évidence les liens qui attachent le petit bourg castral et les localités et étendues du pays d’alentour : le texte évoque les « edificia » que les Teutoniques viendraient à édifier « info muros et extra muros de Sirkis , et en particulier infra quos muros (…) un plateam in quo poterunt edificare capellam et etiam donum unam , soit la future chapelle et Hôpital Sainte-Catherine des Teutoniques.
Sainte Catherine soit Catherine d’Alexandrie fût martyre au IVième siècle. Son culte se répandit en Occident grâce aux Croisades.

 
Enfin un article du Courrier de Metz (Journal local) du 12 Septembre 1954, relate, ainsi résumé et traduit :

L'édification de cette chapelle, destinée aux Chevaliers de l'ordre Teutoniques est dédicacée au Précurseur du Christ, Saint Jean Baptiste. Orientée vers l'Est, les fenêtres du bâtiment sont percées à plus deux mètres du sol. Elle est dotée d'un clocheton, avec deux cloches, qui surmontait les très hautes voûtes gothiques du 13ième siècle. Le Duc de Lorraine Matthieu II et son épouse Katarina von Limburg, sa pieuse épouse, ont édifié cette chapelle pour l'Ordre militaire en question, mais aussi pour eux-mêmes et quelques "civiles" . L'édifice religieux construit au pied des falaises sur lesquelles se dresse le châteaux-fort était accessible de celui-ci à pieds grâce à un couloir souterrain.