<

 Rettel le jardin des chartreux

Rettel gros plan
Aux confins de la Lorraine, du Luxembourg et de la Sarre, Rettel est situé à la pointe d’un arc bleu que forme la Moselle dans une plaine riante et fertile de sa Vallée, sous les hauteurs de l’Altenberg. A vivre dans cette campagne et de sa douce et chaleureuse atmosphère, le visiteur saisira qu’un micro climat est à l’origine de son histoire. La présence de l’eau, des alluvions et de la protection du soleil ont favorisé un espace privilégié. Se tenir au bord de la Moselle et regarder autour de soi suffit à réaliser l’exceptionnel situation. Aucune mémoire peut relater totalement le riche et noble passé de Rettel (1). Résumer le village aux Jardins des Chartreux serait le seul moyen de revivre son passé par le rêve ou l’imagination ?

Les coteaux, les champs sablonneux, les pâturages, la forêt ont fait la richesse de ceux qui se s’y sont établis pour travailler et récolter avec l’aide du ciel clément et particulièrement généreux. La vigne, les vergers, les cultures en plaine, les céréales des plateaux, l’élevage, la pêche, la batellerie et aussi le bois des forêts, sont les fruits d’une collaboration entre l’homme et le Ciel.

Le domaine des Chartreux, le dernier qui fut homogène, fut arrêté net par la Révolution Française. Saisi, démantelé, reconstitué en partie puis revendu. La population rurale, naguère employée par les puissants moines a fini par travailler la terre pour son propre compte. Puis l’ère industrielle, tel un rouleau compresseur, modifia de fond en comble la structure sociale de la moindre campagne. Les agriculteurs sont rares à présent. Une partie importante des terres du ban sont urbanisée, à présent, par des industries, le commerce et les voies de communication. Seules les terres inondables restent à l’abri de la marée moderne et permettent au site dominé par l’Altenberg de conserver sa physionomie.

De nos jours, pour combien de temps encore, l’œil averti découvre les marques naturelles laissées par ces moines jardiniers de Dieu et il distinguera les limites de l’immense et puissant domaine tranché par le rasoir du chemin de fer construit au début du 20ième siècle par les Chemins de Fer d’Alsace-Lorraine. Le couvent et le château actuels furent construits au 19ième siècle avec les pierres des ruines mêmes de l’ancienne chartreuse. Ils adoucissent par leur seule présence les douleurs de l’histoire.

Oubliés par les guerres, se dressent encore nombre de maisons et de calvaires témoins de l’histoire de Rettel : la Ferme (den Haff), la Maison de la Dîme ( dat Aalthaus), la Maison des Pêcheurs, la Maison des bateleurs et bien sûr l’Eglise Saint Laurent où saint Bernard opéra un miracle en rendant la vue à une paysanne (2). Plus haut dans la forêt, sur l’Altenberg (Aleberg), sur l’actuel territoire de Sierck les Bains (Sierk), une visite à la Ferme de Koenigsberg (Kinsbuergerhaff) de l’ancien domaine des Chartreux s’impose. Le sigle des Chartreux C+R (Cartaus Rettel) gravé dans le linteau de la porte occidentale du domaine est encore visible.

La Moselle canalisée depuis les années 1960 a gardé ses chemins de hallage. Les traces l’embarcadère du bac détruit par les bombardements de 1944, subsistent. Un gué, mémorable, datant de l’antiquité a disparu au cours des travaux de la canalisation de la Moselle dans les années 60. Saint Nicolas, patron des bateleurs est resté fidèle à son poste et continue de veiller. La rue Principale porte de nos jours son nom. A quand une rue Saint Bernard ?

(1) Pour l’histoire ancienne de Rettel, voir le livre de l’Abbé Hoffmann intitulé « Rettel » disponible à la Maison de la Dîme de Rettel.
(2) Un vitrail dans l’Eglise de Rettel relate cet évènement lors du passage de Saint Bernard en 1146 dans le village. Il est probable que c’est à cette occasion que l’idée de créer Marienfloss germa dans l’esprit de ce Cistercien.