La Forêt de Buis

La Forêts de Buis


Du village de Berg sur Moselle, le visiteur découvrr cette splendide buissière agrippée aux falaises de roches calcaires de la rive droite qui surplombent à pic la Moselle. Nommée dans le langage local de Pällembësch, ce massif forestier appartenait jusqu’à la Révolution Française aux Chartreux établis à Rettel. Le site est accidenté et  traversé par une gorge sinueuse, généralement à sec nommée « La Vallée du Torrent ».  Le marcheur est surpris par la fraicheur constante et par l’atmosphère particulière qui règnent à cet endroit.

Originaire du bassin méditerranéen ou encore d' autres régions du nord des Alpes, le buis offre un bois très dur, lourd et jaune intérieurement. Il est utilisé par les facteurs d’instruments de musique à vent, pour le hautbois notamment. Ses propriétés médicinales soignent les maladies de la peau, de la goutte et des rhumatismes, mais il est très toxique. A ne pas essayer ! Les Chartreux utilisaient accessoirement ce bois très dur pour confectionner des chapelets destinés aux pèlerins. L'arbre fait partie de la famille des Buxacaceae, nommé Buxus sempérvirens en latin, ce qui signifie : toujours vert. Les chartreux, ces jardiniers de Dieu, connaissaient les propriétés de nombres de plantes mais aussi le symbole spirituel de chacune d’elles. Peut-être affectionnaient-ils particulièrement celle-ci pour sa verdeur, même au cœur de l’hiver, et son symbole d’éternité ?

Dans le langage local et en luxembourgeois le buis est traduit par Pällem ou Pällembam. En effet des bouquets de buis sont bénis le Dimanche des Rameaux, de Pällemsondeg. 

Le promeneur empruntera le seul chemin qui ne traverse qu’une partie du site. Or la Forêt de Buis, de Pällembësch' s’étend très largement vers la droite sur les rives abruptes de la Moselle que longe une parcelle étendue d’un territoire du ban nommée ''Raedig''. 

Entre le lieu-dit Guckelshäischen' et le Raedig s’étend ce vallon calcaire creusé par l’écoulement des eaux pluviales dont il est question plus haut. Il permettra la seule issue vers la Moselle, au lieu dit Millchensbuer au pied des falaises qui surprirent bien des cavaliers intrépides.


Rettel et la forêt

Rettel et la forêt

L'entrée de la Vallée du Torrent

Vallée du Torrent

La Vallée du Torrent de la forêt de buis


Le Chemin du Torrent traverse la Forêt de Buis. Escarpé, son escalade pourrait symboliser la montée au calvaire. En allemand Palmbusch ou Pällembësch en Platt est lié au Dimanche des Rameaux (1), jour de la bénédiction du buis et  premier jour de la Semaine  Sainte et de la passion du Christ.

La géographie domaniale bénédictine ou carthusienne répondait à des exigences religieuses et métaphysiques. Le domaine des moniales représentait en quelque sorte un microcosme. Ainsi, bien des dénominations des lieux-dits récents du ban de Rettel représentent des stations d'un pèlerinage ou de la sortie hebdomadaire des religieux, par exemple : la Fontaine Salvatrice (Ad fontem salvatoris), le Herrenweg (le chemin du Seigneur) et le Chemin du Torrent. (Charles Hoffmann - Das Kloster von Rettel).

Ce chemin, fut-il inspiré par le psaume de David, le premier chanté aux vêpres dominicales ?

Ps 109.7 De torrénte in via bibet: proptérea exaltàbit caput:

Il boira au torrent sur le chemin, c’est pourquoi il relèvera la tête ?

Rien ne le prouve. Or, les méditations des ordres religieux anciens, par exemple celui des bénédictins ou des chartreux dépassaient leurs exercices spirituels communs pour atteindre une métaphysique chrétienne, comme le rappelle la devise de l'ordre de Saint Bruno, le fondateur de l'ordre des Chartreux: Stat Crux dum volvitur orbis -  La Croix demeure, tandis que le monde tourne. Cette formule est un rappel des  principes des états multiples de l'être, communs à bien d'autres traditions non chrétiennes.

(1) Le Dimanche des Rameaux correspond à entrée triomphale du Christ dans Jérusalem par la Porte d'Orient, entrée triomphale avant son martyr.