La Maison de la dîme

une rescapée de l’histoire

La maison de la Dîme de Rettel aspect 1967

Cette vieille bâtisse du 15ième est une rescapée de l’histoire. Elle accueillait à l’origine, peut-être, la Corporation des Bateliers et des Pêcheurs, puis une maison d’entrepôt des produits de la Dîme perçue par les Chartreux de Rettel. Sous la Révolution le bien est confisqué et puis vendu à divers propriétaires qui la transforment intérieurement en chambres à grains et mêmes en logements privatifs.

Sous le Kaiserreich (1871-1919), la maison n’est pas encore classée, chaque propriétaire l’aménage selon ses besoins et ses moyens, soucieux du pratique.

Avec la disparition des petites exploitations agricoles, la maison est peu ou plus utilisée et entretenue. Les nouvelles générations prennent conscience que cette vieille maison, nommée par les anciens – dat Aalthaus, est un patrimoine commun. Une initiative villageoise entreprend alors de la mettre en état et finalement la sauve. 

Les travaux auront duré 14 années.

Les étapes de la restauration

1984-Classement monument historique

1986-Acquisition par la Commune de Rettel

1987-Création de l'Association des Amis de la Maison de la Dîme

1988-Travaux façade latérale et arrière,

1989-Restauration intérieure, fin 1992

1994-Restauration intérieure, fin 1995

1999-Restauration intérieure, fin 2000

2001-Fin restauration. Les travaux auront duré 14 années

De belles fresques sont découvertes et l’aventure prend une autre dimension avec l’intervention des beaux-arts et l'engagement du Maire de Rettel, Monsieur Jean Schwenck.


Article RL sur la fin des travaux de la Maison de la Dîme de Rettel

La Maison de la Dîme

Maison de la Dîme aspect 2008


La Maison de la Dîme, comme son nom l’indique, servait au receveur, de Speichermeeschter, d’y loger peut-être même,  mais  aussi d’y  entreposer  la  dîme, le
dixième des récoltes d'Zéngt revenant au clergé . Mais il est fort probable que la destination première de cette imposante construction gothique, située au cœur du village à quelques pas de la rivière, fut un lieu de commerce, de relais et de secours aux bateliers.

La rue principale, l’actuelle rue Saint Nicolas, était le prolongement d’une route reliant l’abbaye de Gandren au haut pays de Sierck. Un gué, plus tard un bac, permettait de franchir la Moselle. 

Celle-ci fut de tout temps un moyen de navigation important permettant de rejoindre les Pays Rhénans, l’Europe centrale et la Méditerranée, mais aussi l’Orient par le Danube. Elle fut aussi ressource de richesses par la pêche, certainement très fertile, dans la boucle de la Moselle de cet endroit. Tout cela peut certainement justifier l’existence de bâtiments nécessaires à l’administration et à l’accueil des bateliers et des pêcheurs.

Maison de la Dîme

La population nommait cette vieille maison depuis longtemps, et pour cause, dat Aalthäus, parce qu'elle n'y voyait en effet qu'une vieille bâtisse, devenue coûteuse et inadaptée à la vie et à l'agriculture traditionnelle. 

Maison de la Dîme

Beaucoup de familles de Rettel eurent des liens familiaux avec les divers occupants ou propriétaires de cette maison. Cette Maison est devenue un symbole de la vie communautaire

Rettel et le Haut-Koenigsbourg (Alsace)

Les hasards de l’histoire ont voulu que certains éléments de la Maison de la Dîme de Rettel, ancien domaine de sa Chartreuse (Cartaus Rettel), furent offerts à la construction du Château du Haut-Koenigsbourg en Alsace, au début du 20ième siècle, comme le rapporte Jules Florange dans les cahiers Lorrains :

Couloir et chambre dont les plafonds et les cloisons étaient garnis de pièces de stuc ornées de fleurons, d’ancres et de clous, encastrés entre les poutres apparentes ( cette ornementation a été enlevée en 1905, pour être utilisée au Château du Haut-Koenigsbourg en Alsace). Une cheminée gothique fort curieuse dont le manteau montre un écusson chargé d’une ancre posée en pal, la trabe en pointe et portant en abîme deux clous brochant en sautoir, et soutenu par deux personnages. Ces derniers sont accompagnés à gauche et à droite, d’autres personnages plus petits. Ce joli monument a été déplacé et transporté au château de Rodemack. Il paraît qu’il a été reproduit pour le Château du Haut-Koenigsbourg sur les ordres de l’ex-empereur d’Allemagne.

Chambre Lorraine Ht Koenigsbourg

La Maison des Bateliers (Maison de la Dîme) offre ses stucs à la restauration du Château du Haut-Koenigsbourg en Alsace.

Vestiges stuck maison de la Dîme Rettel

Vestiges authentiques des stucs de la Maison des Bateliers

En 1905, soucieux de faire apparaître une participation active de toute l’Alsace-Lorraine à la restauration du Château du Haut-Koenigsbourg en Alsace, l’entourage de l’Empereur d’Allemagne, Guillaume II, invite, notamment les propriétaires de la Maison des Bateliers de Rettel à faire don des stucs ornant les plafonds du bâtiment.


La Société d’Histoire et d’Archéologie Lorraine (1), placée sous la protection de l’Empereur Guillaume II, et, présidée par le Comte von Zeppelin-Aschhausen, lors de sa séance de comité du 8 Novembre 1905, vote à ce titre une indemnité de 100 Mark aux donateurs.

Prélude à cette « acquisition », l’Institut en question s’était rendue en visite officielle et solennelle, en compagnie du Directeur de l’Arrondissement de Thionville, le Baron von der Goltz, le 23 Juillet de la même année, visiter Rettel et Sierck et surtout la Maison des Bateliers (Maison de la Dîme), le couvent.


(1) Gesellschaft für lothringesche Geschicht un Altertumskunde. Protektore SE.Majestät Kaiser Wilhem II.