La légende des cloches d'or et le Kropemann


La légende des cloches d’or

A Rettel, non loin du nouveau château, en amont de la Moselle, face au lieu dit, de Bréil (1) , existait un endroit mystérieux et de légende, oublié peut-être de nos jours. Aux fortes chaleurs, disaient les anciens, la Moselle baissait en niveau et apparaissait alors des cloches en or  et même une roue d’un chariot d’or également. La mythologie celtique relate de telles histoires fantastiques de cloches, d’églises ou de cathédrales englouties, comme celle de la légende de Ker-Ys A, par exemple.

Les cloches avertisssent la population des évènements heureux ou malheureux, voir tragique. Cette légende est à rapprocher de celle des cloches restées silencieuses durant les trois jours précédant Pâques avant de resonner solennellement dans la nuit pascale.

Une cloche n’est jamais fondue en or. Ce métal incorruptible est celui du silence, comme nous rappelle le proverbe « Le silence est d’or et la Parole est d’argent ». Mais du silence sort la parole, de la nuit sort la lumière et pour Pâques de la mort surgit la résurrection etc… Ainsi la cloche d’or reste silencieuse et dirions-nous invisible.... Mais sa seule mémoire, aux endroits hostiles par nature, l'eau ou la mer, devait  faire prendre conscience des grand dangers possibles. Aussi si les anciens parlaient d'une cloche d'or au fond de l'eau visible qu'en Été, cela signifiait que les grandes chaleurS pouvaient nuirent terriblement à la vie.On rapportait encore que cette cloche prévenenait le village de tempête et de malheur. 

Et pour calmer la curiosité des petits comme des grands, il était recommandé de ne jamais s'approcher de cet endroit de la rivière. Le Kropemann, ce monstre des eaux, homologue à celui du fond des puits, pouvait happer les petitss s’ils ne mettaient qu'un doigt dans l'eau ! Il est vrai que les eauxcette berge est (était) anormalement profonde.

Jadis la population, pour atteindre les vignes et les vergers des coteaux abruptes de Berg, traversait la Moselle en barque. La boucle de la rivière et le fort courant avaient creusé avec le temps une profondeur anormale du lit de la rivière et il s'y produisait des tourbillons d'eau. L'ancienne digue, aujourd'hui disparue, avait été aménagée pour régulariser les effets néfastes à la navigation d'alors.

(1)Bréil, Brühl ou breuil en français vient du celtique qui signifie pré établi sur un ancien bois marécageux servant de refuge au gibier. Le radical Bré= élévation et il ou el radical celtiqu que signifie eau.

La résidence du Kropemann

Moselle
Kropemann masc – Personnage de légende.

On interdisait aux enfants de se pencher au-dessus de la margelle d’un puits afin qu’ils ne puissent apercevoir, leur reflet ou celui de la lumière au fond du puits. La légende disait que le Kropemann, un monstre des eaux risquait les « accrocher », ce mot vient de Krop, crochet. Kropemann pourrait être proche de Krtyâ, sorte de démon féminin de la tradition indienne qui pouvait sortir de l’eau. (Le Yoga de Mircea Eliade – Editions Payot – page 141)

Un jour Dieu voulu découvrir son visage et monta sur une montagne près d’un grand lac et il vit le démon en se penchant.

On retrouve en Ecosse encore une tradition analogue avec celle du monstre du lac du Loc Ness. L’écosse a conservé nombre de traditions celtiques, l’Irlande celles des puits, sources, fontaines et cours d’eau. Les celtes vénéraient ces endroits et y jetaient en aumône des pièces d’argent ou en or, en geste de purification de l’âme. Ces régions furent à l’abri des invasions romaines, qui avaient eut parmi leurs nombreuses raisons de faire la guerre aux Gaules celle de piller puits et fontaines riches de pièces d’or.
© Copyright SiteName. Tous droits réservés.