La situation de Koenigsberg

Le lieu

La Ferme de Koenigsberg près de Rettel
Beaucoup ont tenté d’éclaircir, tant soit peu, les origines de ce lieu-dit situé au flanc sud de la colline de l’Altenberg : une hauteur que se partagent plusieurs communes du Canton de Sierck les Bains en Moselle.

Peu facile d’accès, la seule route carrossable menant à la ferme est rétrécie, difficile en hiver et traverse en partie la Forêt de Rettel. Les autres chemins reliant directement ce domaine à l’ancienne cité ducale blottie dans le fin fond de la vallée de la Moselle, sont des voies de terres agricoles et forestières ou encore des sentiers abrupts, et, certains sont dangereux par endroits, bien qu’ils ne manquent pas de charmes grâce à un environnement vallonné et verdoyant.

Le versant Est du massif surplombe la Vallée de Montenach, avec son célèbre ruisseau arrosant l’ancienne Abbaye de Marienfloss. Un sentier abrité par la forêt escalade une façade rocheuse pourpre orientée et passe par les cavernes ou les grottes du lieu légendaire de la Spal, mot allemand signifiant faille, avant d’aboutir sur un large plateau dominant le pays que l’on veut nommer « Les Trois Frontières ».

Si le voyage pédestre, à la bonne saison, se révèle agréable pour atteindre un sommet de près de 327 m, il représentait, pour le quotidien des vieilles générations de paysans d’alors un parcours fatigant pour atteindre la ferme qu’ils nommaient Kinsbuerg c’est à dire Koenigsberg, traduit dans le langage populaire.

Ainsi la mémoire collective de nos anciens, à l’évocation de ce nom, des profondeurs de leur inconscient se réveillait en eux de vieilles légendes qu’ils évoquaient avec émotion. Mais le temps a eu raison de ces torpeurs sommeillant dans l’âme du pays depuis la Guerre de Trente. De nos jours, cet endroit n’impressionne plus aucun promeneur. Malgré tout il conserve son mystère. Totalement isolée au milieu des terres d’un plateau calcaire, peu facile à la culture, la ferme se trouve au point même de convergence des limites communales des quatre villages de Rettel, Montenach, Kerling lès Sierck et de Montenach.

Un lieu hautement stratégique


En 1705, au cours de la Guerre de la Succession d’Espagne, l’Altenberg fût le théâtre d’une opération militaire particulière, par l’absence même toute lutte.


Le Maréchal de Villars, chef de guerre, installe son état-major à la Ferme de Koenigsberg et son armée occupe les terres avoisinantes de Fréching, Kerling et le reste du plateau de l’Altenberg. Il devrait s’opposer au Duc de Malborough, installé au Château de Mensberg (aujourd’hui nommé Malbrouck) à Manderen sur la rive droite du Ruisseau de Montenach ses troupes occupant le plateau du Hammelsberg au-dessus du village d’Apach et de Belmach près de Perl. Nous reviendrons sur cet épisode militaire et sur son dénouement qui donna la victoire, sans faits d’armes, au Maréchal Villars.


Dans l’ouvrage de Ferdinand Tessier intitulé « Histoire de Thionville » de 1832, un paragraphe du chapitre est consacré à cet événement d'une d’une vingtaine de jours. Le Maréchal de Villars souligne dans ses mémoires l’importance stratégique de la colline sierckoise :


«Le camp de Künsberg, vulgairement connu sous le nom de Sierck, doit à jamais être célèbre dans l’histoire de la castramétation ; il donne la plus haute idée du coup-d’œil stratégique d’un guerrier qui jusque-là, s’était plutôt signalé par sa valeur téméraire dans les combats. Un fait mérite d’être cité, c’est que Villars, convaincu de la force naturelle de son camp ne voulut pas le recouvrir de retranchements. « Les retranchements inquiètes les français » ; Aussi ne trouve-t-on sur l’étendue occupée par l’armée française, nulle trace de ligne continue, mais seulement de redoutes aux extrémités pour y placer des postes avancés sur les points où sans cette précaution on risque d’être surpris. »


Une petite sortie sur ces hauteurs fera prendre conscience au promeneur de la vaste visibilité sur l’ensemble de la région. Au nord de l’Altenberg surplombe la Vallée étroite de la Moselle et l’on découvre Sierck, Contz les Bains, le Stromberg et le couloir mosellan jusqu’à Remich. Le village de Rettel reste invisible, caché au fond de la Vallée. Situés sur la rive gauche de la Moselle, Haute-Kontz, Berg et surtout Rodemack et sa citadelle restent à découvert. Aussi Villars investit les rives de la Moselle à Rettel. Un large panorama s’offre à l’ouest sur le Luxembourg. Enfin à l’est la Vallée de Montenach, Manderen et le plateau du Hammelsberg, là, où étaient cantonnées les troupes du Duc de Malberought son observables. C’est donc un lieu, hautement stratégique. Le grand stratège de Villars ne s’était donc pas installé à Koenigsberg par hasard, sachant que cette ferme se situe à l’extrémité sud de la colline de l’Altenberg, exposée au soleil de midi, mais à l’abri du vent du nord et des regards ennemis.