Gandren - Ganeren

Un lien avec Rettel

Les Bénédictins de Rettel étaient les Seigneurs fonciers des lieux depuis le 11ième siècle. Au 13ième siècle, ils cédèrent une partie de leurs biens à l’abbaye de Saint Martin de Trèves. Le reste restant réparti entre le couvent de Rettel et les Bénédictins de Luxembourg, jusqu’à la Révolution.

Les vestiges de l’ancienne ferme des Chartreux de Rettel montrent encore les symboles de leurs fondateurs : le sigle CR, initiales de Cartaus Rettel, dans lesquels figurait la Croix de Lorraine.

  • Vue sur Gandeen 1930
  • Clochdes de Gandren
  • Cloches de Gandren
  • Eglsie de Gandren (1975)
  • Maison de Gandren  1990
  • Cloche de Gandren
  • Cloche de Gandren

Ganderen le village


Gandren se blottit au fond d’un vallon verdoyant creusé par le Ruisseau de la Gander - d'Ganer. Les coteaux révèlent encore les traces d’une activité vinicole, effacées par le temps. Seuls, quelques vergers offrent, encore au printemps, le charme de leurs pommiers en fleurs sous lesquels quelques vaches ruminent calmement.

Un vaste plateau sépare le village du Luxembourg voisin, la Heide – d’Heed, qui signifie «païen». Avant la Révolution Française, une seule paroisse regroupait Burmerange – Biemeréng, Helvange - Helwéng et Emérange – Iemeréngen au Luxembourg et Gandren - Ganeren.

Saint Médard patronne l’église du 13 siècle. Saint Etienne et Saint Martin furent, dans un passé lointain, également les saints patrons de ce lieu de culte. Elle est une des plus anciennes du Département de la Moselle actuelle et fut rattachée avant la Révolution Française, à l’archevêché de Trèves - Trier. En ruine en 1789, le bâtiment fut plusieurs fois restauré. Son fronton est blasonné et différentes statues pourraient dater du 18ième siècle, toujours visibles à l’intérieur, ainsi qu’une inscription latine de 1482.

Le traité des Pyrénées de 1659 trace aux limites du ban de Gandren, sur le plateau, la nouvelle frontière entre la France et le Luxembourg. Depuis 1812, l’agglomération est rattachée à Beyeren lès Sierck - Beiren, village voisin, pour ne former qu’une seule commune.

Le traité des Pyrénées de 1659 trace aux limites du ban de Gandren, sur le plateau, la nouvelle frontière entre la France et le Luxembourg.

Une promenade dans la nature entre Gandren et Haute-Kontz


Gandren - d’Heed
Altitude 267 m
Heed signifie la lande et aussi le lieu païen.
Traverser le pont, refait à neuf en 1995, qui enjambe l'Altbach ou la Ganner : ruisseau qui prend sa source au Grand-duché. A quelques pas du pont, passer devant "l'ancienne Abbaye" et emprunter droit devant le Chemin des Vignes. Il n'y a plus hélas de vignes, mais le vallon est très pittoresque. Il offre un paysage de petits vergers, et d’enclos. Un vrai paradis… L'apparition de vaches sous quelques pommiers, au début de la belle saison est un enchantement. Le chemin ombragé et escarpé nous mène sur le plateau autrefois nommé d'Heed.

Encore quelques bornes frontalières sont visibles: Elles ont un de tronc de pyramide et sont gravées d'un numéro et de la lettre L du côté du Luxembourg et de la lettre F du côté français. La lettre F (France) a été gravée après la guerre de 14-18. Pour ce faire, il a fallu effacer la lettre D (Deutschland) ce qui explique la cavité existante sur toutes les bornes frontalières que l'on pourra rencontrer. Les bornes actuelles datent de la création de l'Empire allemand, les limites frontalières sont plus anciennes, tracées par le Traité des Pyrénées en 1659.

C'est l'instant pour vous retourner et admirer le paysage. Gandren semble noyé dans un creux par la brume matinale, l'église submerge. Au loin nous devinons, Puttelange lès Thionville, Beyren les Sierck, Volmerange, Mondorf, Burmerange, etc...

Avant d'aborder le point culminant de la Heed, nous entrons sur le territoire de la commune de Haute-Kontz. Toujours tout droit, notre randonnée nous mène au bord de la vallée. Un calvaire récent marque l'endroit. Nous voici arrivé à un point merveilleux : le Rosenberg, de Rousebierg, altitude 260 m. Le calvaire indique la limite entre les communes de Haute-Kontz et de Contz-lès-Bains. Devant nous une sapinière qui dans quelques temps nous privera de la vue d'un des panoramas des plus beaux de la région, mais méconnu sous cet angle. En face de nous le Stromberg, colline centrale, mythique, du Val Sierckois. Sur celle-ci se perpétue depuis des milliers d'années, à la St Jean la traditionnelle descente de la roue enflammée.
 

  • Borne frontalière franco-Luxemoburgeoise
  • La plateau près de Schengen
  • La Heed, la Garenne des païens
  • Le Val Sierckois
  • Le val Sierckois