Du nom de koenigsberg

De l'origine du nom de Koengisberg
 
La ferme du plateau arrière de la colline de l’Altenberg, implantée sur le territoire de Sierck les Bains en Moselle et nommée de nos jours Koenigsberg, fût appelée avant 894 Asnaga(1). Cette appellation évolue en 894 en Chunis Bierch avec une variante Cone Monte (2). Ce changement radical nous intrigue. Il subira régulièrement des modifications jusqu’à nos temps modernes pour aboutir finalement à Koenigsberg. Que signifierait Asnaga et que justifierait Chunis ? Quant à Bierch, il est la réplique authentique de la traduction de « colline » dans notre dialecte local qui signifie colline ou point élevé.

894 Chunis Bierch Confirmé par Monsieur Alain Simmer
894 Conemonte Archives archevêché de Trèves
1171 Cunisbert Archives archevêché de Trèves
1266 Cunisperch Chanoine Dicop – Cahiers Lorrains 1971
1238 Cunisberg Archives archevêché de Trèves
1277 Kunsberg Archives archevêché de Trèves
1415 Konisberg Chanoine Dicop – Cahiers Lorrains 1971
1696 Koenisberg Chanoine Dicop – Cahiers Lorrains 1971
1696 Koenigsburg Chanoine Dicop – Cahiers Lorrains 1971
1705 Künsberg Maréchal de Villars
1783 Konixbegh Chanoine Dicop – Cahiers Lorrains 1971

Le dictionnaire Gaffiot traduit Chuni par le nom des tribus des Huns. Chunis, par son s final révèle le génitif. Ainsi Chunisbierch serait la colline des Huns ? Ceci nous intrigue encore plus, sachant que la variante serait Conemonte. Celle-ci, en ce qui concerne la préfixe Cone, et selon le même dictionnaire Gaffiot, signifierait « peuple d’Asie » (3). C’est encore plus troublant, et nous sommes loin de ce « Mont Royal » pour Koenigsberg, que tant ont cherché vainement à justifier. La réponse à cette intrigue se trouve peut-être dans l’histoire du moyen âge de notre région, à l’époque des premiers écrits.

Angelbram, évêque de Metz, grand aumônier de la chapelle du Roi Pépin, l’accompagne dans la guerre contre les Huns, que mène l’Empereur Charlemagne contre la tribu hunnique des « Avares ». Il meurt durant cette épopée en 791, dans un endroit que nul n’arrive à situer, nommé: Asnaghum - Chunisberg(4). Voilà ce qui nous éclaire un peu plus sur les origines de l’appellation de la Ferme de Koenigsberg. En effet la racine asn en latin traduit une montagne ou un pont même, a ärum, lieu, et le suffixe ghum, ne peut qu’être la dénomination hunnique.

Se pose à présent la question de connaître la relation entre notre Montagne Altenberg avec sa ferme et les Huns ? (Voir l'article sur le Hunsrück)

Notes

(1) Selon un ouvrage édité par l'Université de Heidelberg.
(2) Alain Simmer, dans l’origine de la Frontière Linguistique en Lorraine - Editions Fensch Vallée, page 167 : Un acte du IXième siècle cite in loco qui dicitur Asnaga nunc Chunisberg, avec une variante Conemonte en 894. An 894, Conemonte, Archives archevêché de Trève.
(3) Conae, ärum, m, peuple d’Asie: Plin. 6, 55
(4) Histoire ecclésiastique de la Province de Trêves et Histoire de Lorraine d’Augustin Calmet : Cet endroit inconnu est aussi appelé Asnaghum ou Asnaorug Chunisberg : ce qui parait signifier montagne ou pont des Huns
.