Mondorf-les-Bains au Luxembourg

Mondorf les Bains et environs

Castel près de Mondorf Luxemeburg

Le Castel d'Altwies près de Mondorf les Bains - Une particularité franco-luxembourgeoise - de Kaaschtel 

Par Francis André-Cartigny

En empruntant la voie de Luxembourg à Mondorf les Bains on aperçoit peu après le village d’Altwies/Alviss le monticule du Castel/de Kaaschtel. Mondorf-lès-Bains/ Munnerëf au Grand-Duché et Mondorff/Munnerëf en France, ne furent qu’un seul village comme l'indique leur appellation commune en luxembourgeois.

Une fois de plus le langage populaire Luxembourgo-Mosellan reste l'incontournable référence « traditionnelle » avant d’être séparés par les frontières nationales mises en place par le traité des Pyrénées de 1659 qui annexa à la France notamment une grande partie de l’arrière-pays de Thionville, hormis Rodemack qui rejoignit juridiquement la France plus tard.

L’appellation commune de Munnerëf dans le langage populaire en témoigne. Le Ruisseau de la Gander/Ganner ou encore nommé l’Altbach matérialise les limites entre les deux états. Les postes de douanes étaient établis sur le pont du cours d’eau.

Le site du Castel fait partie du village d’Altwies. Ce dernier est également traversé par le cours d’eau et donc le rend franco-luxembourgeois. Ces agglomérations ne font qu’en fait une seule communauté. Hélas dans les esprits ce n’est plus le cas. Elles sont encore réunies dans une même paroisse, mais nous savons que ce lien est également fragile de nos temps. Elles partagent le cimetière et encore jusque dans les années 1950 une école maternelle communes. Hélas les petits ne peuvent plus connaître et apprendre naturellement la « langue du voisin» si utile pour aller travailler au Grand-Duché pour d’autres…. C’est paradoxalement au moment de la suppression des frontières et d’une unité européenne nouvelle en marche que les deux parties de cette petite ville marquent inconsciemment leur différence « locale ».

C’est une particularité de notre époque moderne. Rappelons aussi que le langage populaire est le même sur les deux rives du ruisseau frontière, bien qu'il plaise à certaine de marquer là encore une différence dans son appellation. Ignorance ou besoin de créer des dualités?

L’essence, le tabac et l’alcool sont encore, pour combien de temps, meilleur marché sur la rive gauche (luxembourgeoise) de la Ganner et attirent un tourisme éclair et horaire continue ! Depuis la fin des contrôles aux postes de frontières instituées dans les années 90, on s’est hâté de faire disparaître les traces des frontières nationales et le bâtiment de l’ex-poste de douane abrite à présent le Syndicat d’initiative de Mondorff (France) !

La chapelle du Castel est située sur le territoire français mais placée sous la tutelle du curé et de la paroisse de l’église à Mondorf les Bains et dépend donc de l’Evêché du Luxembourg. Elle doit son nom à un ancien castellum romain qui devait se dresser sur ce roc et perché au-dessus de l’Altbach. Il est fort probable que l’endroit fut idéal pour surveiller la région, un guet. Le site est proche de la voie romaine et non loin de Dalheim, au Luxembourg, célèbre pour ses vestiges romains. Mais l’histoire du site ne commence certainement pas avec les Romains ! Sur les ruines, un cloître relevant de l’abbaye d’Echternach fut érigé plus tard.

Le 8 juin 1237, Ermesinde fait don à la Prieure et aux religieuses de l’ordre de Marie Madeleine de Luxembourg ce lieu que l’on nomme aussi la « Montagne du Saint Sauveur ». On retrouva dans les cultures des abords proches des débris et de médailles appartenant certainement à cette communauté religieuse.

Un pèlerinage avait lieu en l’honneur du saint Patron, le Saint-Sauveur/Salvator Mundi. Il en est fait mention en 1440 à l’Abbaye d’Echternach. Cette manifestation populaire devait être importante car le Castel attirait jusqu’en 1750 des milliers de pèlerins. Au 19 siècle ces processions se nommaient dans le langage savant religieux « les processions théophaniques ».

Des ermites ont vécu sur ces lieux dans des cellules nommées « cluses ». Il semblerait qu’un souterrain aurait assuré une liaison entre le Castel et Puttelange.

Saint Blaise, fêté le 3 février, est le second saint Patron des lieux. Médecin, il s’était également retiré dans la montagne en tant qu’ermite. Or au Castel des ermites y ont vécu et y sont mort. Encore en 1826 les anciennes ruines du monastère accueillaient de tels hommes de foi.

Des acacias plusieurs fois centenaires se dressent devant le site sur le tertre de l’ancien Castel. Cette essence possède des propriétés particulières. On tirait de l’acacia la fameuse substance qui permettait d’embaumer les morts dans « l’attente de la résurrection ».

Les pèlerins du Castel portaient une couronne de fer sur leur tête afin de s’associer aux souffrances du Christ mais aussi pour demander l’allègement de leurs propres souffrances éventuelles, leurs maux de tête. C’est donc pour vénérer la Sainte Couronne d’Epines que les pèlerins se rendaient au Castel, le Lundi de Pentecôte, jour de fête nommé dans le langage populaire Munerëferdaag. De telles manifestations et vénérations de la Sainte couronnes d’Epines du Christ avaient également lieu à Schengen, Flaxweiler, Marenberg, Mont-St-Jean etc. Le Castel mystérieux garde encore beaucoup de ses secrets.

Il faut encore rendre hommage à Monsieur Lé Tanson, personnalité bien connue au Grand-Duché et au-delà des frontières grand-ducales, pour ses œuvres picturales et tout le travail qu’il a pu produire pour la mise en valeur de Mondorf et sans compter ses travaux de recherche. Pour résumer il aimait sa région et sa langue. On pourra admirer sur le chemin qui mène sur les hauteurs du Castel la restauration des plaques représentant les épisodes principaux de la souffrance du Christ.

Les pèlerinages ont toujours attiré les commerçants ambulants. Ce qui n’était pas toujours du goût de l’Eglise. Quelles étaient les réelles raisons de cette hostilité? Commerçants indésirables ? Installation d’une certaine débauche ? Concurrence déloyale ? Il faut noter que les droits de foire du Castel appartenaient au Seigneur de Roussy, quant à celles qui se tenaient au pied du monticule, les droits en revenaient à la famille Flesgin de Mondorf probablement. A cet endroit la famille Thorn créa une petite chapelle.

Le pèlerinage du Castel allait être concurrencé, puis remplacé par le nouveau pèlerinage de Notre Dame « Consolatrice des Affligés » de l’église de la ville de Luxembourg, devenue cathédrale, avec la création du Grand-Duché en 1839 et devenu plus tard, en 1870, diocèse de Luxembourg? Le pays fit partie de l’Archevêché de Trêves jusqu’à la Révolution française.

Les excès et la débauche courante dans ces occasions de Kermess de pèlerinage, furent l’objet de réprimandes par l’évêque de Trêves qui interdit le 13 mai 1750 le pèlerinage du Castel. Cette décision favorisa ainsi le fameux et réputé pèlerinage de l’Octave de Luxembourg.

De nos jours il y aurait encore des pèlerins et certains venaient toujours à pieds et non seulement le Lundi de la Pentecôte, jour du pèlerinage traditionnel du Castel. Les nombreuses fleurs et cierges en témoignent. Depuis 1950 le pèlerinage a repris un peu de vitalité.

Le Lundi de la Pentecôte les paroissiens de Mondorf au Luxembourg et Mondorff en Lorraine se rendent en procession sur les hauteurs du Castel. C’est un grand jour pour cette paroisse internationale, rappelons-le, de ces villages franco-luxembourgeois. Pour resserrer les liens d’une paroisse coupée par la frontière, la municipalité française propose depuis quelques années, après l’office, un « Brunch ». Et c’est une réussite ! C’est un bonheur pour tous de se retrouver sur ces lieux magnifiques.

Quelle belle promenade dans cette belle nature. Les petits cours d’eau changent de nom, ou prennent le nom de la localité qu’ils arrosent. A moins que ce soit l’inverse. Ainsi l'Altbach/d'Aalbiech prend le nom d'Alwies qu'il arrose. Le même ruisseau arrose Gandren un peu plus loin et se nommera la Gander/ d'Ganner dans le langage local. Le nom du ruisseau peut-il être rattaché étymologiquement à la Kanner, autre affluent de la Moselle, mais sur la rive droite de la Moselle ? Ou encore à Gand ou Cand, ancienne appellation de Contz-lès-Bains ? Kant racine celtique signifie falaise claire, ce qui justifierait l’appellation du ruisseau, car celui-ci est bordé à cet endroit de falaises entre Aspelt et Mondorf au Grand-Duché. Mais rien n’est certain.

Altbach est composé de alt et de Bach. Ce dernier mot signifie ruisseau, alors que alt pourrait être traduit par vieux. Al a plusieurs significations possibles : vieux, haut, saint ou sacré ou encore alluvion (prairie - terre, amas d’alluvion dans une boucle ou d’un cours d’eau) Al en luxembourgeois, Auen en allemand. Nous avons le choix. Saint ou alluvions ?

Enfin, côté luxembourgeois, comme très souvent au pied de hauteurs sacrées à l’époque celtique et préceltique, on découvrira une source.

Beaucoup restent à dire sur Mondorf(f) et Altwies.

L’orthographe historique de la cité thermale s’écrivait Mondorff avec deux « f » et non Mondorf avec un seul « f ». Les postes du Grand-Duché étaient placées sous l’administration allemande au 19ième siècle. Un fonctionnaire prussien en fonction à Trèves crut devoir corriger d’office une demande de fourniture formulée par le bureau de poste de Mondorf en supprimant le deuxième f de Mondorff. « dorff ». Tout bonnement l’administration crut apercevoir une faute grossière d’orthographe du mot « Dorff » dans la demande, pensant qu’il s’agissait de « Dorf » qui signifie village. Un retour à l’orthographe originale de Mondorff les Bains serait une rectification historique et serait également justice.


Altwies

  • Altwies
  • Maison de Victor HUgo à Altawies Luxemoburg
  • Porte Pitoresqque Altwies
  • Pont romain Altwies lux.
  • Vieux mur Altwies Luxembourg

Castel d'Altwies

  • Chapelle
  • L'Altbach Luxembourg
  • Chpalle et son tertre Castel (Mondorf)
  • Castel
  • La chapelle du Castel Mondorf
  • Castel

Mondorff et Mondorf

  • Le parc thermal de Mondorf au Luxembourg
  • L'ancienne douane 1906 Mondorff (Mpselle)
  • La douane côté luxembourgeois à Mondorf les Bains
  • Lqa Rue de Paris à Mondorf les Bains Luxemoburg

Situation

Borne fronalière date du traité des 1659 marquant la nouvelle forntière avec la France

Borne 1659 Traité des Pyr.
© Copyright SiteName. Tous droits réservés.