LE BILDSTOCK DE RETTEL

LE BILDSTOCK

Le Bildstock d'Altwies (rives mosellanes)
Ils jalonnent toutes sortes de chemins ou de sentiers et se situent à des endroits parfois inattendus et ils décorent et sanctifient nos campagnes. Ce sont des vestiges pittoresques d’une même région culturelle inter-frontalière mosellane.
De très nombreux calvaires ont été détruits aux cours des guerres et les Révolution Française et par le vandalisme, le vol, les dégâts causés par le temps et les engins agricoles. Ils furent souvent érigés à la mémoire de massacres ou des horreurs de la terrible Guerre de Trente Ans.

RETTEL

Le Bildstock au lieu-dit Putschweiden est l’exemple même d’un type de monument de la fin du moyen-âge : profonde simplicité et authenticité dans sa forme.
 
La clef de pierre de la plus ancienne croix (de Rettel) du canton a la particularité d’être percée d’une seule niche et d’avoir conservé la croix fleuronnée qui la surmonte. Sur le fût un écu porte une balance symbolisant la justice ou la profession d’un marchand. Image du Patrimoine – Éditions Serpenoise 1987.

Esotérimse Chrétien

Ils constituaient des supports de méditation sur le mystère de l’Incarnation et de la Rédemption. Sa structure trimère symbolise les Trois Mondes : Ciel, Monde-Intermédiaire et Terre. Il s’agit d’un symbole universel. Ainsi la colonne représente le monde intermédiaire entre Le Ciel et la Terre, la base carrée la Terre et le cube et sa bâtière le ciel. La forme octogonale symbolise donc la voie, la transformation du carré en cercle pour atteindre la quadrature du cercle. Il s’agit d’un cube taillé couvert d’une bâtière ou de rondeurs, sortes de coupoles aplaties.
 
Ces stèles ont subi des évolutions propres aux courants de pensées successifs depuis le Traité de Westphalie (1648). Au fils du temps les règles traditionnelles ont été abandonnées pour laisser place à la fantaisie et à la mode
 Les ouvrages et les travaux de Guy Blaise, de J.P Kirch et de E.K Kieffer du docteur Paul de Rode Mack éclaireront le chercheur.

Les Bildstocks ou les Weekräizer constituent de véritables témoins de l’histoire de notre région inter-frontalière et les vestiges d’un langage universel toujours actuel. Il convient de les protéger

Singification

Bildstock, traduit par « image-bâton », désigne une colonne de pierre surmontée d’un bloc de granit taillé représentant généralement la scène du Golgotha. En Platt ou en luxembourgeois le Bildstock est traduit par Weekräiz, c’est à dire « croix de chemin » et non « Calvaire ». Ce dernier représente généralement que la Crucifixion. LeS Bildstock se caractérisent par une structure propre et précise. La scène religieuse est taillée dans un bloc compact aux dimensions ou aux proportions définies. Il y a donc une unité de structure dans tous ces monuments.
La masse est supportée par un fût d’une hauteur variable de plus de deux mètres. L’ensemble était scellé sur une base en pierre carrée ou rectangulaire, large et platte, légèrement surélevée. En résumé le Bildstock est composée de trois éléments : bloc, fût et cube, une triade : une symbolique. Le fût généralement de forme octogonale.
Ci-contre le Bildstock de Rettel "op Putschweiden" 1959

Val Sierckois

Les Bildstocks les plus connus au Val Sierckois se situent à Rettel, 16ième siècle, Kirsch, 1615, Malling, 1620, Flastroff (?) et Hunting 18ième siècle. Berg sur Moselle en possède un très remarquables, 1612. Celui de Schengen, au Grand-Duché cette fois-ci, est doté d’un cadran solaire, 1610. 

Galerie Rettel

Quelques croix et calvaires à Rettel