L'Altenberg

L'Altenberg

L'Altenberg
Par Francis André-Cartigny

Faire appel à notre langage local nous permet parfois de trouver des indices à la signification de nos lieux-dits. Mais, en ce qui concerne l’Altenberg ou den Aleberg sa traduction vaut « vieille montagne » et son sens reste caché, comme une vérité perdue. Or, nos collines sont toutes vieilles et ne méritent donc pas plus qu’une autre un titre d’élévation particulière, à moins qu’elle ne fût jadis une montagne sacrée, ce qui est possible, mais cela reste à prouver. Elle est élevée certes, de 327m seulement alors que le Kirschberg l’est de 373m et le Schneeberg de 421m. 

Les hauteurs rapprochaient les hommes des forces célestes. Collines et montagnes étaient vénérées aux époques celtiques ou préceltiques. C’est un fait universel. Les anciens y élevaient parfois des monuments ou des autels et même souvent ils s’y retrouvaient pour célébrer leurs sacrifices. Il s’agissait de lieux d’assemblées. Le mot alman  nommait ces lieux d’assemblée justement ainsi, c’est à dire tous, car ces cultes devaient rapprocher la communauté au complet.

L'Altenberg

Plan de l'Altenberg

Le préfixe al, dans toutes les langues indo-européennes signifie élevé dans le sens spirituel.  Il doit être rapproché de ahls en celtique et signifie sacré, hauteur, noblesse, comme en latin alter, élevé, surélevé ou surtout autel des sacrifices.

La Montagne est un pont, un pontifex qui relie les hommes aux dieux. Selon les perses, la Haoma blanche venait de la montagne sacrée : l’Alborj.
 
Le langage populaire prononce Berg, colline ou montagne, par « Berech » ou Bierch.  Le phénomène des langages de définie par le mot métathèse au cours des âges est à l’origine du déplacement d’une voyelle dans un même mot. Berech a pu devenir « brech » ou  Bréck dans les langues anciennes d’origine indo-européenne comme « briga » en celtique. On retrouve ces phénomènes linguistiques également dans le cas de consonnes déplacées dans un mot. Par exemple un r dans gar devenu gra  ou Storm en Strom. Notons les préfixes bal, cal et mar sont d’origine préceltique.

En Europe, en Allemagne notamment, nombre de lieux sont nommés Altenberg, en Forêt Noire, mais aussi en Alsace, le Château du Haut Koenigsbourg se nommait Koenisberg justement. Les rapports entre Altenberg, Koengisberg et Koengisbourg sont probablement plus important qu’on ne le pense. Voir Haut-Koenigsbourg et Koenigsberg.

Une autre question se pose pour l’Altenberg. Est-ce un lieu « alésien » ?  ceux-ci sont encerclés, en partie, d’un cours d’eau plus ou moins important et possèdant une source minérale. Il s’agissait de lieux d’assemblées. C’est un des sens primitifs retenus du mot : alman (allmen ?) (3). Je crois que l’Altenberg répond à ces conditions. Un stade alésien est égal à un sixième d’un degré (e Siechtel). Ce stade était la distance qui séparait les lieux sacrés entre eux dans toute l'Europe préceltique - Xavier Guichard – Eleusis-Alésia enquête sur la civilisation européenne – Imprimerie F. Paillart, Abbeville.